"Generosity as a currency" (G.a.a.C.) - "La générosité devenue monnaie d’échange" - un nouvel espace nomadique dédié à l’art: le manifeste! (avec le rires éclatants des autres participants) Ce manifeste est assemblé collectivement, basé sur des sentiments de respect et de curiosité, et au travers de pièces qui ne sont pas évaluées avec hiérarchie. Contrairement à une exposition en groupe, ce n’est pas cohérent, mais comme une exposition en groupe tout de même… Cela pourrait être, parmi d’autres choses… une provocation (visuelle). (Et nous laissons les guillemets suspendus) Le concept exact d’un espace dédié à l’art : La route de la prospérité pour tous "Generosity as a currency" (G.a.a.C.) est une expérimentation d’accrochage radicale, ambitieuse et sans prétention qui produit de la valeur avec et grâce aux sujets. Il agit pour la défense, l’étude, la connaissance et de rendre à nouveau fonctionnel des cultures anciennes en les connectant à de nouvelles cultures. Parfois spontanément, parfois pas. Avec une persistance dans la pratique malgré le manque de support et d’opportunités. Nous faisons la promotion et exposons l’art qui questionne, propose et construit ses propres façon de concevoir un nouveau monde au travers de l’art. Quel est la fonction d’un simple objet? Est-il forcément dans une position de produire quelque chose de différent? Le mode opératoire est analogue, un réseau qui fonctionne au travers d’un contact en tête à tête. Les yeux dans les yeux dans les interactions physiques et verbales. Notre but est de créer des rapports plausibles au-delà de l’évidence. Les interactions ressortent d’une relation analogique et dialogique qui forme des récits pluriels, entendue et racontée. Entrelacée. 

Un espace privilégié pour un rituel contemporain (Plus rien ne m’/nous étonne) ne montre plus seulement des travaux artistiques mais crée une unité avec ceux-ci afin de les emmener vers de plus grandes perspectives. Il nous permet aussi d’explorer les limites et les codes. L’espace dédié à l’art appartient à la communauté et fait partie intégrante de cette communauté. Il accueille la communauté et la communauté l’accueille. Il ne se repose pas, en attendant le public; il bouge pour aller à la rencontre de ce qui l’entoure. La vie avance et le monde tourne, mais il y a toujours quelque chose qui reste parmi toutes les choses qui disparaissent. L’opulence était dans les yeux de tous! (Das würde ich dem Betrachter überlassen) Et l’exposition a quitté le bâtiment. Que fourni l’espace d’une exposition ? Je pense que c’est un endroit où on peut connecter des choses entre-elles. L’approche du curateur de G.a.a.C. est de réfléchir à ces différentes trajectoires, ou routes, en relation les unes avec les autres et trouver des façons de croiser les lectures de ces différentes choses au lieu de produire une image plus complexe d’une/de notre exposition. Quand on parle d’art, alors tout ce qui est possible lui est lié ! Sans dieu, mais dévoué au paradis ! Allant à contre-courant. Il y a encore du travail à faire ! Dans l’art (la vie) …. rien ne disparait sans laisser une trace. Alors n’hésitez pas à gaspiller des millions pour les transformer en milliards. Nous devrions reconsidérer nos façons de penser nos décisions et le rôle qu’elles ont dans nos visions politiques. Nous devrions commencer à apprendre de nos expérimentations et de nos expériences en autodétermination et en collectivité, sachant qu’elles sont positionnées et influencées par des forces destructrices auxquelles nous prenons part.